• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 29 avril 2008

Archives pour 29 avril, 2008

Pensée…

Pensée... dans MES CITATIONS ET PROVERBES PREFERES citati10

L’essentiel°.°.°.°

 

 

 

 L'essentiel°.°.°.° dans TEXTES A MEDITER genero10

316b4210 dans TEXTES A MEDITER

Il y a quelques années, lors des Jeux Olympiques spéciaux de Seattle, neuf participants, tous atteints d’un handicap physique ou mental, se rassemblèrent sur la ligne de départ du 100 mètres.

Au coup de pistolet, ils s’élancèrent tous, pas exactement en courant, mais avec le désir de toucher le fil d’arrivé et de gagner la course.

Tous s’élancèrent, sauf un garçon qui tomba sur l’asphalte, trébuchât à quelques reprises et se mit à pleurer.

Les huit autres participants entendirent ses pleurs, ralentirent et s’arrêtèrent. Puis, ils revinrent tous sur leurs pas. Tous.

Parmi eux se trouvait une fillette trisomique qui s’accroupit près du garçon et l’embrassa en lui disant: » Tiens, ça te fera du bien. » Ensuite, bras dessus bras dessous, ils marchèrent côte à côte jusqu’au fil d’arrivé.

Tous les spectateurs qui se trouvaient dans le stade se levèrent et applaudirent pendant 10 minutes.

Auteur inconnu

Les enfants de la guerre…..

 

Les enfants de la guerre
Ne sont pas des enfants
Ils ont l’âge de pierre
du fer et du sang
Sur les larmes de mères
Ils ont ouvert les yeux
Par des jours sans mystère
Et sur un monde en feu

Les enfants de la guerre
Ne sont pas des enfants
Ils ont connu la terre
A feu et à sang
Ils ont eu des chimères
Pour aiguiser leur dents
Et pris des cimetières
Pour des jardins d’enfants

Ces enfants de l’orage
Et des jours incertains
Qui avaient le visage
Creusé par la faim
Ont vieilli avant l’âge
Et grandi sans secours
Sans toucher l’héritage
Que doit léguer l’amour

Les enfants de la guerre
Ne sont pas des enfants
Ils ont vu la colère
Étouffer leurs chants
Ont appris à se taire
Et à serrer les poings
Quand les voix mensongères
Leur dictaient leur destin

Les enfants de la guerre
Ne sont pas des enfants
Avec leur mine fière
Et leurs yeux trop grand
Ils ont vu la misère
Recouvrir leurs élans
Et des mains étrangères
Égorger leurs printemps

Ces enfants sans enfance
Sans jeunesse et sans joie
Qui tremblaient sans défense
De peine et de froid
Qui défiaient la souffrance
Et taisaient leurs émois
Mais vivaient d’espérance
Sont comme toi et moi

Des amants de misère
De malheureux amants
Aux amours singulières
Aux rêves changeants
Qui cherchent la lumière
Mais la craignent pourtant
Car
Les amants de la guerre
Sont restés des enfants

Chanson de Charles Aznavour

Les enfants de la guerre..... dans MES EMOTIONS MES REVOLTES o30hp210

qxswi010 dans MES EMOTIONS MES REVOLTES

Ils sont innocents

Et pourtant « les grands »

En font des victimes

Et c’est un crime

Trop d’enfants qu’on assassine

Trop de sang

Sur cette terre

Trop de souffrance

Plus d’importance

On ne les voit même plus

Où est-il leur salut?

Portraits de femmes°.°.°.°

Image de prévisualisation YouTube

Superbe♣

Françoise Hardy : Mon amie la rose°.°.°.°

Image de prévisualisation YouTube

Françoise Hardy : Mon amie la rose°.°.°.° dans MES EMOTIONS EN CHANSONS 10861110

Le Petit Prince—–(Passage)

 

 

(…) Qu’est-ce que signifie « apprivoiser »? Demande le petit prince

- C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens… »

- Créer des liens  ?

- Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…

- Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur… je crois qu’elle m’a apprivoisé…

- Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m’ennuie donc un peu. Mais, si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée…

Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince:

- S’il te plaît… apprivoise-moi ! dit-il.

- Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

- On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

- Que faut-il faire? dit le petit prince.

- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près…

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche: - Ah! dit le renard… Je pleurerai. - C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…

- Bien sûr, dit le renard.

- Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.

- Bien sûr, dit le renard.

Puis il ajouta:

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d’un secret.

Le petit prince s’en fut revoir les roses:

- Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisé et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde. Et les roses étaient bien gênées. - Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose. Et il revint vers le renard: - Adieu, dit-il… - Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. - C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. (…)

Michel Berger et France Gall….

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Evidemment – Chanson que Michel Berger a écrite en mémoire de Daniel Balavoine.♣

Pensées…

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

 

Qui donne au pauvre prête à Dieu.
Victor Hugo, Pour les pauvres

Partagez votre gâteau, il diminue.
Partagez votre toit, il ne diminue pas.
Partagez votre joie, elle augmente.
Guilbert

On gagne sa vie avec ce que l’on reçoit, mais on la bâtit avec ce que l’on donne.
Winston Churchill


Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

avril 2008
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 6 visiteurs en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47