• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 11 septembre 2011

Archives pour 11 septembre, 2011

Charles Baudelaire – Chant d’Automne°°°°°°°

Image de prévisualisation YouTube

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J’entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l’hiver va rentrer dans mon être: colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu’un bloc rouge et glacé.

J’écoute en frémissant chaque bûche qui tombe
L’échafaud qu’on bâtit n’a pas d’écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

II me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu’on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui? – C’était hier l’été; voici l’automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

II

J’aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
Douce beauté, mais tout aujourd’hui m’est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l’âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant aimez-moi, tendre coeur! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
D’un glorieux automne ou d’un soleil couchant.

Courte tâche! La tombe attend – elle est avide !
Ah! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l’été blanc et torride,
De l’arrière-saison le rayon jaune et doux !

Les Fleurs du mal – Spleen et Idéal – Charles Baudelaire

Charles Baudelaire - Chant d'Automne°°°°°°° dans POESIE pnyvbpc6

Des plumes dispersées au vent°°°°

  Un vieux conte juif, dont il existe plusieurs variantes, illustre bien les conséquences du bavardage malveillant.

   Un jour, un homme se mit à calomnier le sage du village. Plus tard, il prit conscience de son erreur et se rendit auprès du

sage pour lui demander pardon, affirmant être prêt à tout faire pour s’amender.   Le sage n’exigea de sa part qu’une chose :

qu’il prenne un oreiller, le déchire et en disperse les plumes au vent.

  Bien que déconcerté, l’homme s’exécuta puis revint auprès du sage. 

   «Suis-je pardonné à présent? lui demanda-t-il.

    —Dabord, va ramasser toutes les plumes, lui répondit le sage.

    —Mais c’est impossible! Le vent les a toutes dispersées!

    —Eh bien, il est aussi difficile de réparer les torts que tu as causés par tes paroles que de récupérer les plumes»

   Que retenir de cette histoire? Une fois lâchés, les mots ne peuvent être rattrapés, et il est parfois

impossible de réparer le mal qu’ils ont causé. Si nous nous apprêtons à colporter quelque commérage, rappelons-nous

que nous sommes sur le point de disperser des plumes au vent…..


Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

septembre 2011
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47