Lettre d’amour d’Alain Delon à Romy Schneider°°°°°

Image de prévisualisation YouTube

« Je te regarde dormir. Je suis auprès de toi, à ton chevet. Tu es vêtue d’une longue tunique noire et rouge, brodée sur le corsage. Ce sont des fleurs, je crois, mais je ne les regarde pas. Je te dis adieu, le plus long des adieux, ma Puppelé. C’est comme ça que je t’appelais. Ça voulait dire «Petite poupée» en allemand. Je ne regarde pas les fleurs mais ton visage et je pense que tu es belle, et que jamais peut-être tu n’as été aussi belle. Je pense aussi que c’est la première fois de ma vie – et de la tienne – que je te vois sereine et apaisée. Comme tu es calme, comme tu es fine, comme tu es belle. On dirait qu’une main, doucement, a effacé sur ton visage toutes les crispations, toutes les angoisses du malheur.

Je te regarde dormir. On me dit que tu es morte. Je pense à toi, à moi, à nous. De quoi suis-je coupable ? On se pose cette question devant un être que l’on a aimé et que l’on aime toujours. Ce sentiment vous inonde, puis reflue et puis l’on se dit que l’on n’est pas coupable, non, mais responsable… Je le suis. A cause de moi, c’est à Paris que ton cœur, l’autre nuit, s’est arrêté de battre. A cause de moi parce que c’était il y a vingt-cinq ans et que j’avais été choisi pour être ton partenaire dans «Christine». Tu arrivais de Vienne et j’attendais, à Paris, avec un bouquet de fleurs dans les bras que je ne savais comment tenir. Mais les producteurs du film m’avaient dit : «Lorsqu’elle descendra de la passerelle, vous vous avancerez vers elle et lui offrirez ces fleurs». Je t’attendais avec mes fleurs, comme un imbécile, mêlé à une horde de photographes. Tu es descendue. Je me suis avancé. Tu as dit à ta mère : «Qui est ce garçon ?». Elle t’a répondu : « Ce doit être Alain Delon, ton partenaire… ». Et puis rien, pas de coup de foudre, non. Et puis, je suis allé à Vienne où l’on tournait le film. Et là, je suis tombé amoureux fou de toi. Et tu es tombée amoureuse de moi. Souvent, nous nous sommes posés l’un à l’autre cette question d’amoureux : «Qui est tombé amoureux le premier, toi ou moi ?». Nous comptions : «Un, deux, trois !» et nous répondions : «Ni toi, ni moi ! Ensemble !». Mon Dieu, comme nous étions jeunes, et comme nous avons été heureux. A la fin du film, je t’ai dit : «Viens vivre avec moi, en France» et déjà tu m’avais dit : «Je veux vivre près de toi, en France». Tu te souviens, alors ? Ta famille, tes parents, furieux. Et toute l’Autriche, toute l’Allemagne qui me traitaient… d’usurpateur, de kidnappeur, qui m’accusaient d’enlever «l’Impératrice» ! Moi, un Français, qui ne parlais pas un mot d’allemand. Et toi, Puppelé, qui ne parlais pas un mot de français.

Nous nous sommes aimés sans mots, au début. Nous nous regardions et nous avions des rires. Puppelé… Et moi j’étais «Pépé». Au bout de quelques mois, je ne parlais toujours pas l’allemand mais tu parlais français et si bien que nous avons joué au théâtre, en France. Visconti faisait la mise en scène. Il nous disait que nous nous ressemblions et que nous avions, entre les sourcils, le même V qui se fronçait, de colère, de peur de la vie et d’angoisse. Il appelait ça le «V de Rembrandt» parce que, disait-il, ce peintre avait ce «V» sur ses autoportraits. Je te regarde dormir. «Le V de Rembrandt» est effacé… Tu n’as plus peur. Tu n’es plus effrayée. Tu n’es plus aux aguets. Tu n’es plus traquée. La chasse est finie et tu te reposes.

Source : Paris Match – N° 1724 – 11 juin 1982

Lettre d'amour d'Alain Delon à Romy Schneider°°°°° dans MON COUP DE COEUR pour ROMY romy

 

5 commentaires à “Lettre d’amour d’Alain Delon à Romy Schneider°°°°°”


  1. 0 jullia 12 nov 2012 à 2.30

    c’est vraiment une belle lettre d’amour…posthume :cry:
    je crois qu’il voulait refaire un film avec Romy pour relancer sa carrière :twisted:

    Bisous du var.

    Dernière publication sur C'est chez moi! : Au revoir...

  2. 1 plius 12 nov 2012 à 2.30

    j’ai lu jusqu’au bout! snif. Heureusement, il n’y a jamais de fin aux histoires d’amour…ils se retrouveront un jour. bonne nuit, Plius

  3. 2 jcn54 13 nov 2012 à 2.30

    Une très belle lettre émouvante de Delon, dommage qu’il soit devenu aussi imbu de sa personne en vieillissant, c’est du moins mon humble avis.
    Quand à Romy je suppose qu’elle repose en paix près de son fils, mais jamais nous ne l’oublierons, notre « Sissi ».
    Bisous, bonne journée Anne.
    JC

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

  4. 3 ALAIN 13 nov 2012 à 2.30

    Une très belle lettre d’amour écrite par un Alain Delon devenu un peu imbu de sa personne comme dit JC !!!
    ARSENE GRISALI

  5. 4 nanoue 13 nov 2012 à 2.30

    Bonsoir, Francine, très belle lettre d’amour, et je crois qu’ils se sont aimés et pour cela grand respect
    Bonne nuit à toi
    Bisous
    Suzanne

Laisser un commentaire


Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47