Archives pour avril 2014

Janvier…Alain Bosquet°°°°°

Janvier...Alain Bosquet°°°°° dans POESIE 277464papaenfant11

 

 

 

Janvier, pour dire à l’année « bonjour »
Février pour dire à la neige « il faut fondre »
Mars pour dire à l’oiseau migrateur « reviens »
Avril pour dire à la fleur « ouvre-toi »
Mai pour dire « ouvriers nos amis »
Juin pour dire à la mer « emporte nous très loin »
Juillet pour dire au soleil « c’est ta saison »
Août pour dire « l’homme est heureux d’être homme »
Septembre pour dire au blé « change toi en or »
Octobre pour dire « camarades, la liberté »
Novembre pour dire aux arbres « déshabillez vous »
Décembre pour dire à l’année « adieu, bonne chance »
Et douze mois de plus par an,
Mon fils
Pour te dire que je t’aime.

Alain Bosquet

L’enfance°°°°°

 

L'enfance°°°°° dans POESIE 98656347dd71c6

Mon coeur en détresse,
Se réfugie dans sa sagesse…
Douce innocence, source de mon salut…
L’enfance si souvent méconnue
Se fait salvatrice quand se tait le rire
Des hommes qui n’ont plus de désirs..

 

 

4197225c26b7f0623c2f75c37e45a9169ebacc dans POESIE

 

Quand l’enfant me dédie
Cet instant de vie,
Que tout ce partage
Fait fi de mon âge,
Je tombe à genoux
Loin des regards jaloux ..

 

 

7007941f8dfbaf

 

 

L’enfance, ce bouquet de tendresse
Tissé de fils de soie
Pour vêtir l’enfant roi,
Part à la découverte de mes rêves…
L’offrande de sa présence
Trouble le silence
D’une journée qui s’achève

 

 

381826abe0937737c628ef513c9d2101052ea0

 

L’enfance, cette forteresse
Qui de ma vie s’empare,
Peu à peu se dresse
Sur le chemin qui me sépare
De son éternelle ivresse

Elle me parle de ses plus belles victoires 
Et s’endorment mes cauchemars

(Francine)

Les mains d’Elsa…..Aragon°°°°°

Les mains d'Elsa.....Aragon°°°°° dans POESIE 316836donnemainsaragonT1

 

 

Donne-moi tes mains pour l’inquiétude
Donne-moi tes mains dont j’ai tant rêvé
Dont j’ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi te mains que je sois sauvé.

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d’émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes main à moi..

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m’envahit?
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j’ai trahi quand j’ai tressailli?

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots..

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D’une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d’inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s’y forme
S’y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement..

Extrait du « Fou d’Elsa »,

 

 

769640MAINS dans POESIE

Image de prévisualisation YouTube

Entretien pour un travail°°°°°

Image de prévisualisation YouTube

 

Entretien pour un travail°°°°° dans REMARQUE 983635d41756a8

Les plus belles chansons d’amour (en anglais) des années 80°°°°°

Image de prévisualisation YouTube

Les plus belles chansons d'amour (en anglais) des années 80°°°°° dans MES EMOTIONS EN CHANSONS 724306LoveRomanceWallpapers

 

 

 

A flower cannot blossom without sunshine, and man cannot live without love.

Max Muller
Une fleur ne peut pas s’épanouir sans soleil, et un homme ne peut pas vivre sans amour.

 

 

 

802258LOVE dans MES EMOTIONS EN CHANSONS

 

 

 

If you would be loved, love and be lovable. »

Benjamin Franklin

Si vous voulez être aimé, aimez et soyez digne d’être aimé.

 

 

499692ElijahandKatherineelijahandkatherine32448513500280

 

 

 

« You know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams.

» Dr. Seuss
Tu sais que tu es amoureux quand tu n’arrives plus à dormir, car la réalité devient plus belle que le rêve.

 

 

 

295831Lovelove337240901024768

There is no remedy for love but to love more.

Henry David Thoreau
Il n’y a qu’un remède à l’amour: aimer davantage.

 

 

 

712293miraclewithinusfr1

Qu’est ce qu’un grand-père ?…..Jacques Salomé°°°°°

 

 

Qu'est ce qu'un grand-père ?.....Jacques Salomé°°°°° dans TEXTES A MEDITER 64966931gp

 

Il y a des grands-pères de toutes les couleurs :

des « tout rouge », des blanchis,

des chauves ou des barbus.

Les grands-pères adorent expliquer la vie et le monde.

Ils expliquent tout.

Que les mémés parlent pour ne rien dire,

Comment la lune tient toute seule dans le ciel,

D’où viennent les parents et

Comment les escargots se reproduisent.

Les grands-pères ont plein de secrets

que tout le monde connaît,

mais qu’il ne faut surtout pas dire aux grandes personnes.

Avec son grand-père un enfant sait tout faire,

mais ça ne marche jamais

quand il est avec ses parents.

Les grands-pères semblent avoir besoin du  » petit « 

pour faire des bêtises.

« Tu as encore fait une bêtise avec le petit. »

Mais ils sont pleins d’indulgence pour les bêtises

Qu’ils font avec nous, ils ne nous les reprochent jamais.

Les grands-pères ont toujours le même âge,

qui s’appelle « quand j’avais ton âge ».

Mais ce doit être fatiguant d’être grand-père et de porter

toujours le « poids des ans » même en dormant.

C’est plus fort qu’une automobile un grand-père.

Les policiers arrêtent les voitures pour les laisser passer.

Les grands-pères mentent sans rougir,

Ils peuvent dire « oh! celui-là,

Il me ressemble comme une goutte d’eau »…

Et c’est pas vrai, car tout le monde peut voir

qu’on a pas les mains qui tremblent,

ni les yeux rouges, ni du poil dans les oreilles.

Il faut bien entretenir son grand-père,

pour qu’il dure plus longtemps,

ils aiment bien

qu’on leur tienne la main pour traverser la rue.

Et aussi qu’on leur demande de raconter

toujours la même histoire,

celle qu’ils préfèrent :

« Grand-père raconte moi quand tu étais petit… »

 

Jacques Salomé

 

 

 

554789Oldandyounge1382251809384 dans TEXTES A MEDITER

Et si°°°°°

Et si°°°°° dans POESIE 248637d0806a92

 

 

Et s’il fallait mourir une heure plus tôt,

J’aimerais partir avec dans la tête un concerto

Qui ressemblerait à ces rêves si souvent emportés par le vent…

Et si je devais garder en mémoire

Ce que j’ai déposé au fond de mes tiroirs,

Je me souviendrais d’une couleur
Qui est celle de l’espoir…

Je rangerais dans le grenier de mon coeur

Tout ce qui joue en ta faveur….

Je voyagerais jusqu’à l’Orient
Là où le noir ne chasse pas le blanc…

Et s’il m’était demandé de ne plus en parler,

Je garderais au creux de mon âme ce secret

Tel un désir abandonné…

J’espérerais que si même je me tais,

Subsisterait toujours dans mon coeur

L’ardeur pour parler de nos silences

Qui sont autant d’offenses enfouies
Dans le gris de nos vies..

Que se taise le vent

Quand dans le ciel
S’écrit le nom de mon émoi…

Et que file l’étoile

Quand sur nos sentiments
Se referme le voile
D’un présent déchirant…

S’il m’était commandé
De tout abandonner,
Je crierais encore
Ma peine jusqu’à l’aurore…
La couleur de ta peau
Est le fruit de ma passion
Quel que soit ton pays,
Je chérirai toujours
Ce nom qui a embelli ma vie.
Qu’importe la couleur
Puisqu’elle nous conduit au bonheur..

(Francine)

La tirade du nez……… Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)°°°°°

Image de prévisualisation YouTube

La tirade du nez......... Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)°°°°° dans MES COUPS DE COEUR 514729nosetonose

 

 

 

 

On pouvait dire… Oh! Dieu!… bien des choses en somme…
En variant le ton, -par exemple, tenez
Agressif : « Moi, monsieur, si j’avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champs que je me l’amputasse! »
Amical : « Mais il doit tremper dans votre tasse
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap! »
Descriptif : « C’est un roc!… c’est un pic!… c’est un cap!
Que dis-je, c’est un cap?… C’est une péninsule! »
Curieux : « De quoi sert cette oblongue capsule?
D’écritoire, monsieur, ou de boîtes à ciseaux? »
Gracieux : « Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes? »
Truculent : « Ca, monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée? »
Prévenant : « Gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol! »
Tendre : « Faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane! »
Pédant : « L’animal seul, monsieur, qu’Aristophane
Appelle Hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os! »
Cavalier : « Quoi, l’ami, ce croc est à la mode?
Pour pendre son chapeau, c’est vraiment très commode! »
Emphatique : « Aucun vent ne peut, nez magistral,
T’enrhumer tout entier, excepté le mistral! »
Dramatique : « C’est la Mer Rouge quand il saigne! »
Admiratif : « Pour un parfumeur, quelle enseigne! »
Lyrique : « Est-ce une conque, êtes-vous un triton? »
Naïf : « Ce monument, quand le visite-t-on? »
Respectueux : « Souffrez, monsieur, qu’on vous salue,
C’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue! »
Campagnard : « Hé, ardé! C’est-y un nez? Nanain!
C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain! »
Militaire : « Pointez contre cavalerie! »
Pratique : « Voulez-vous le mettre en loterie?
Assurément, monsieur, ce sera le gros lot! »
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l’harmonie! Il en rougit, le traître! »

-Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres, Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot! Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries, me servir toutes ces folles plaisanteries, Que vous n’en eussiez pas articulé le quart De la moitié du commencement d’une, car Je me les sers moi-même, avec assez de verve, Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

 

Film complet de 1960 pour ceux qui le désirent ..(A visionner sur Youtube)…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

Cyrano va mourir

Je crois qu’elle regarde…
Qu’elle ose regarder mon nez, cette Camarde !
Il lève son épée.
Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile !
-Qu’est-ce que c’est que tous ceux-là !- Vous êtes mille ?
Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !
Le Mensonge ?
Il frappe de son épée le vide. Tiens, tiens ! -Ha ! ha ! les Compromis,
Les Préjugés, les Lâchetés !…
Il frappe.
Que je pactise ?
Jamais, jamais ! -Ah ! te voilà, toi, la Sottise !
-Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas ;
N’importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !
Il fait des moulinets immenses et s’arrête haletant.
Oui, vous m’arrachez tout, le laurier et la rose !
Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
Que j’emporte, et ce soir, quand j’entrerai chez Dieu,
Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J’emporte malgré vous,
Il s’élance l’épée haute.
Et c’est…
L’épée s’échappe de ses mains, il chancelle, tombe dans les bras de Le Bret et de Ragueneau.
ROXANE, se penchant sur lui et lui baisant le front
C’est ?…
CYRANO, rouvre les yeux, la reconnaît et dit en souriant
Mon panache.

916858HDCYRANO2013DSF2892copie800x380 dans MES COUPS DE COEUR

 

Ce soir°°°°

Ce soir°°°° dans POESIE 9239546d0943c1

 

 

Ce soir,  au soleil couchant, 

J’irai vêtue par la nature 

Déposer un bouquet de tendresse

Aux pieds de mes ivresses…

Et me souvenir sans cesse

Du cadeau couleur vermeille

Découvert dans le calme pur

D’ une forêt qui me rassure. 

Un présent voilant

Les moments de tourment..

Un endroit qui fut ma cachette

Aux jours de mes défaites.

Rêve encore douce faiblesse

De cet amour qui te blesse…

Dans le plus profond de ton être,

Sans jamais rien laisser paraître

Sans mot dire,

Tout en soupir…

Ah, qu’enfin s’éveille 

Cet amour qui m’émerveille …

 

(Francine)

Regarder l’enfance…Andrée Chedid°°°°°

Regarder l'enfance...Andrée Chedid°°°°° dans POESIE 144209enfance

 

 

Jusqu’aux bords de ta vie,

Tu porteras ton enfance,
Ses fables et ses larmes
Ses grelots et ses peurs.

Tout au long de tes jours,
Te précède ton enfance
Entravant ta marche
Ou te frayant chemin.

Singulier et magique,
L’œil de ton enfance
Qui détient à sa source
L’univers des regards.

Andrée Chedid

12

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47