Archives pour la catégorie MA VIE



MA VIE (si j’avais pu)

Si j’avais pu passer à travers les mailles du filet de cette vie difficile, j’aurais moins de blessures, moins de cicatrices. Si j’avais su me protéger, me révolter, et même frapper, je serais aujourd’hui plus forte. Mais je n’ai jamais su que me résigner, pour ne pas blesser, pour ne pas froisser, pour ne pas peiner. Où étais-je moi pendant tout ce temps? Dans la tourmente et dans la peur. Je sais qu’il est trop tard. Je souffre et je m’en veux. J’aurais dû me méfier d’eux. Tous ceux qui m’ont manipulée. Petite enfance bousculée. Jeunesse malmenée. Et maintenant? Tout continue. Je veux changer pour toi mon fils. Nous ne méritons pas tous ces sacrifices. Hier après ce malaise que j’ai eu, j’ai vu ton désarroi. Tu es déjà grand ma foi, mais je sais que tu n’as que moi. Nous allons nous battre mon « petit ». Et puis tant pis, s’ils sont froisser. Nous pourrons vivre sans nous inquiéter. Je pourrai encore sourire à la vie.

MA VIE (les difficultés)

Une amie m’a blessée hier, elle m’a fait très mal. D’ailleurs j’ai longtemps pleuré. D’habitude là où nous allons ensemble, je dois l’attendre ainsi que son mari pour revenir chez moi. Donc je dépend d’eux et cela m’ennuie Mais bon, je ne sais pas faire autrement. Elle parlait parlait parlait, puis tout à coup est venue me trouver : «allez on part». Je parlais avec d’autres personnes que j’ai vite saluées et suis partie. Mais en me dirigeant vers la sortie, une personne m’a interpellée et j’ai été obligée de l’écouter, car c’était important. Il fallait mettre au point quelque chose. On doit me donner un numéro de GSM. Vite vite et pas de bic. Ca va il le trouve. Je pars vite Mais je vois mon amie en colère dans la voiture. Je monte derrière en m’excusant. Et tout ce qu’elle a trouvé à me dire c’est : «La prochaine fois nous partirons sans toi» Elle l’a répété deux ou trois fois et mes excuses ne servaient à rien. Il y avait un garçon de 9 ans près de moi et j’étais gênée d’être ainsi agressée. Car elle a continué à me dire des choses pas gentilles. Je pleurais car pour le moment je suis très sensible. Mais elle n’en n’a même pas tenu compte. Elle, on ne peut jamais la contrarier Ah non surtout pas. Sinon elle fait des crises de nerf. Et moi, je souffre physiquement et je dois tout encaisser toujours avec le sourire. Alors, dès maintenant, je ne vais plus JAMAIS me laisser traiter ainsi. Je vais aussi apprendre à dire NON et je veux qu’on me respecte comme je respecte les autres Est-ce trop demander?

MA VIE (eux)

Halte là! Qui va là? Je ne veux pas vous voir! Reprenez votre désespoir! Je suis couleur espoir. Et vous n’êtes que le noir. Je suis seule. Je suis bien. Pas de chagrin. Je ne veux plus entendre le son de votre voix. Laissez moi vivre! Laissez-moi respirer sans vous à mes côtés. Vous me croyez cruelle et c’est vrai je suis telle. Vous avez enlevé la douceur qui était en moi. Ma vie de poésie va se poursuivre sans vous. Vous ne serez plus jamais au rendez-vous! Je veux enfin être moi-même! Savoir dire NON. Savoir vous résister. Rire et danser sous votre nez. Vous êtes d’une tristesse qui m’agresse. Votre fierté  me harcelle. J’aime l’humilité. La tranquillité. Vous, vous bouleversez mes moments. Vous devenez gênants. Je le dis franchement. Je suis ivre de bonheur. Quand je chante en douceur. Quand je crie mon chagrin. Alors allez plus loin! Ma vie écoutes moi! Pour une fois! Vois le moment est propice. Jettes les de ta liste. Ils t’ont bousculée, ravagée, saccagée. Ma vie reste avec moi! Ne les rejoins pas. Restes dans ma nostalgie. Où tout devient magie. Eux, ils n’ont aucun rêve si ce n’est de bouffer, de construire, de critiquer. Ma vie, moi je suis moins terre à terre. Je pars souvent dans les nuages. Je fais de longs voyages. Ils sont toujours bien sages. Nous allons nous régaler de mots puissants et ronronnant. Ils vont se gaver de plats bien gras. Ça je n’aime pas. Ce qu’ils vont penser. Je n’y puis rien changer. Je suis ainsi et c’est fini. Ma vie et moi on en rit Et puis tant pis JE SUIS COMME JE SUIS

MAMAN (à plus de 100%)

Petite femme aux cheveux blancs, je la remercie pour tout ce qu’elle m’a apporté. Oui, elle était petite, mais son coeur si grand débordait d’amour. La souffrance, les difficultés de la vie n’ont pas eu raison de son courage. Toute jeune, elle fut atteinte de polyomélite. Elle guérit, mais garda des séquelles de cette maladie : un pied bot. La guerre fut déclarée. Avec ses parents, elle partit vers la France ; voyage inutile et épuisant. Plus tard, on tenta une opération, qui n’apporta aucune amélioration . Ce gros soulier noir, elle devrait le chausser toute sa vie. Les remarques désobligeantes la blessaient. Un homme, pourtant, l’aima. Il sut reconnaître sa grande valeur morale et il l’épousa. Une fille naquit de cette union. La maladie atteint son mari ; elle dut alors travailler seule pour subvenir aux besoins des siens. La vie n’était pas triste pour autant. Souvent, elle riait aux éclats. Mais, la mort de son mari boulversa tout. Pourtant, elle sut se contrôler et fut très courageuse.Tous les problèmesde sa fille, elle essaya de les comprendre et elle ne vivait que pour son enfant, travaillant du matin au soir pour trois fois rien ; elle souffrait terriblement mais elle le cachait.  POURTANT, une nuit, le coeur trop fatigué s’arreta de battre. A ce moment précis, mon poing frappa le mur. Cette femme qui partait, c’é&tait ma mère. Une femme merveilleuse..MAMAN, j’aurais voulu te garder longtemps. J’aurais tant aimé lui apporté autre chose que mes tracas. Je ne peux me rendre dans ce cimetière; Il n’y a rien d’elle là-bas. Elle dort tout simplement mais elle me manque et même si je prends de l’âge, son absence se fait ressentir toujours et toujours

ma jeunesse (en partie)

 

Tout doucement passe le temps. Ne pense pas chère enfant! Regarde autour de toi. Il est trop tard déjà.Ta jeunesse est blessée. Comme toujours refoulée. Par des larmes salées. L’avenir sera meilleur. Il ne faut plus avoir peur. L’enfant le croit. Elle sait déjà. Que l’avenir ne pourra pas être pire.

MA JEUNESSE (en partie)

  • Dans une jeunesse où prime le mot faiblesse, fallait se battre et se débattre. Je me souviens de ces matins chagrin. Je me rappelle de ces larmes cruelles. Qui m’écoutait? Vraiment je ne le sais. Continuer pourtant il le fallait! Se reposer n’était pas accordé. Juste un moment de répit pour  écrire un récit. Le papier chiffonné, trop vite jeté. Fallait pas le montrer. Même jamais en parler. Dans une jeunesse où tout casse, tout lasse, fallait se taire pour ne pas déplaire. J’ai pu le faire. Mais je ne peux plus me taire

MON ENFANCE

      Je  ne peux pas en parler facilement, même y penser me fait trembler. Trop de questions restent sans réponse. Oh, j’ai été aimée. Peut être mal? Certainement mal, oui c’est vrai. Des souvenirs me remontent au coeur et ne m’apportent que douleur. J’ai beau chercher dans le lointain, il n’y a que du chagrin. J’étais trop sensible, trop fragile, trop GENTILLE. Jamais oser dire NON, c’était trop difficile déjà à ce moment là. Et puis il est des pères qu’on aimerait ne pas avoir euMecontentTu es mort depuis longtemps!!Je sais que tu n’es que poussière et que tu ne me vois pas, mais le peu que je t’ai vu, moi, c’était déjà TROP. Je ne t’ai jamais aimé. C’était ta faute, mais c’était notre secret trop bien gardé. Fallait pas faire de peine à maman. Moi, je pouvais souffrir à en mourir hein, c’est ca, moi je pouvais SOUFFRIR. Pourtant à toi j’ai su dire NON et tu ne m’as jamais demandé PARDON. Maintenant il est trop tard, j’ai vécu dans le hasard . Dans un désert de malentendus, mes jours se sont écoulés durs et monotones. Faut-il que je te pardonne? Je ne peux pas, je ne veux pas!!!!!!! Tu m’as fait mal et j’en souffre encore et toi tu dors!

 NE VOUS TAISEZ JAMAIS SI VOUS SOUFFREZ.  IL FAUT EN PARLER!!!

BONJOUR

Bon, c’est pas facile de commencer un blog, surtout que j’y connais rien. Mais je vais essayer. Là il est 2h42Rire et c’est un peu tard(ou tôt)Clin doeilpour bien démarrer. D’abord BONJOUR et voilà c’est parti

BIENVENUE à TOUS

Bonjour à vous qui passez sur mon Blog. C’est vraiment sans prétention, mais plutôt avec appréhension que je le crée, car je n’y connais pas grand chose. J’ai seulement envie d’y déposer les poèmes que j’écris et aussi partager les émotions que je ressens chaque jour. La vie n’est pas facile, alors il est nécessaire de s’évader et de partager avec les autres. Merci pour votre compréhensionEmbarasseEt voilà, c’est partiClin doeilOups je crois que je l’ai déjà ditClin doeil

123

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

mars 2021
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47