Archives pour la catégorie POESIE



Les mots du coeur °°°°°

Les mots du coeur °°°°° dans POESIE 801985d60f9c25

 

 

Quand les mots se rebellent,
Et refusent de se poser
Sur un bout de papier,
Les yeux mi-clos,
Je m’interpelle…
Où vont-ils m’entraîner,
Sans que je puisse résister?
Où trouverais-je cette douce vérité,
Celle qui sans trêve me tourmente?
Serais-je sans cesse dans l’attente
D’un espoir qui ne soit en aucun point troublé?
Si le coeur se console d’insipides paroles,
L’esprit quand à lui veut fuir cet ennui…
Et les maux qui s’installent et encerclent ma vie
Ne laissent aucun répit à cette chair meurtrie…
Est-il là quelque part, une histoire qui soit noble?
Et qui de mes émotions s’accommode?
Qu’elle s’empare de ma vie!
Et en fasse un conte de Mille et Une Nuits…
Pour s’épanouir, le bonheur doit être séduit!
Si un coeur se languit, il peut faire « silence »
A l’approche d’une nouvelle existence….

(Francine)

La bonne chanson – X….Paul Verlaine°°°°°

La bonne chanson - X....Paul Verlaine°°°°° dans POESIE 550954200162280acf70ff9c1b94ec2891ce4eaec6blarge

 

 

 

Quinze longs jours encore et plus de six semaines
Déjà ! Certes, parmi les angoisses humaines
La plus dolente angoisse est celle d’être loin.

On s’écrit, on se dit comme on s’aime ; on a soin
D’évoquer chaque jour la voix, les yeux, le geste
De l’être en qui l’on mit son bonheur, et l’on reste

Des heures à causer tout seul avec l’absent.
Mais tout ce que l’on pense et tout ce que l’on sent
Et tout ce dont on parle avec l’absent, persiste
A demeurer blafard et fidèlement triste.

Oh ! l’absence ! le moins clément de tous les maux !
Se consoler avec des phrases et des mots,
Puiser dans l’infini morose des pensées
De quoi vous rafraîchir, espérances lassées,
Et n’en rien remonter que de fade et d’amer !
Puis voici, pénétrant et froid comme le fer,
Plus rapide que les oiseaux et que les balles
Et que le vent du sud en mer et ses rafales
Et portant sur sa pointe aiguë un fin poison,
Voici venir, pareil aux flèches, le soupçon
Décoché par le Doute impur et lamentable.
Est-ce bien vrai ? tandis qu’accoudé sur ma table
Je lis sa lettre avec des larmes dans les yeux,
Sa lettre, où s’étale un aveu délicieux,
N’est-elle pas alors distraite en d’autres choses ?
Qui sait ? Pendant qu’ici pour moi lents et moroses
Coulent les jours, ainsi qu’un fleuve au bord flétri,
Peut-être que sa lèvre innocente a souri ?
Peut-être qu’elle est très joyeuse et qu’elle oublie ?

Et je relis sa lettre avec mélancolie.

Paul Verlaine

Ecrire°°°°°

Ecrire°°°°° dans POESIE 940578350e2fb4

 

 

 

Penser des mots ,
Les coucher sur le papier
En espérant se retrouver
Au dedans d’un corps blessé.
Écrire des phrases
Avec au coeur un goût amer
Que seul le ciel peut connaître
Et n’y rien laisser paraître!
Se faire l’écho
De ses propres propos,
Mais toujours se taire
Et ne rien attendre de l’horizon.
Ne plus faire de rimes,
Sauf des mots qui assassinent
L’espoir d’un renouveau…
Se moquer de la place des idées 

Posées sur une page blessée

Et n’en rien retirer
Si ce n’est du soulagement
D’avoir oser délicatement
Ouvrir son coeur
Devant la peur
D’un moment de doute
D’un moment de “Pourquoi”?

(Francine)

À celles qui pleurent…Marceline Desbordes-Valmore°°°°°

Hebergeur d'image

 

 

 

Vous surtout que je plains si vous n’êtes chéries,
Vous surtout qui souffrez, je vous prends pour mes soeurs :
C’est à vous qu’elles vont, mes lentes rêveries,
Et de mes pleurs chantés les amères douceurs.

Prisonnière en ce livre une âme est contenue.
Ouvrez, lisez : comptez les jours que j’ai soufferts.
Pleureuses de ce monde où je passe inconnue,
Rêvez sur cette cendre et trempez-y vos fers.

Chantez ! Un chant de femme attendrit la souffrance.
Aimez ! Plus que l’amour la haine fait souffrir.
Donnez ! La charité relève l’espérance :
Tant que l’on peut donner on ne veut pas mourir !

Si vous n’avez le temps d’écrire aussi vos larmes,
Laissez-les de vos yeux descendre sur ces vers.
Absoudre, c’est prier ; prier, ce sont nos armes.
Absolvez de mon sort les feuillets entr’ouverts !

Pour livrer sa pensée au vent de la parole,
S’il faut avoir perdu quelque peu sa raison,
Qui donne son secret est plus tendre que folle :
Méprise-t-on l’oiseau qui répand sa chanson ?

 

 

Marceline Desbordes-Valmore

Je veille°°°°°

Je veille°°°°° dans POESIE 261488dyn010original322480pjpeg26111586b212ed4f61d8d4264025fb58a93afee

Mes émotions se réveillent,

Je reprends les armes,

Je veille

Sans rompre le charme

Du moment présent.

Je veille,

Pour ne pas souffrir;

Pour ne pas partir

Vers des chemins d’errance

Qui terniraient ma délivrance;

Vers des vagues de dunes

Où les larmes sont d’ amertume.

Mes rêves sont bien trop sages,

Je n’en demande pas davantage;

Je suis comme ça, c’est de mon âge.

Les émotions ont blessé

Mon coeur en danger ..

Le chagrin s’y est couché…

Cette soif du bonheur

N’est pas un leurre

Ces émotions habillent ma vie

Ce serait pure folie

D’ignorer cette nostalgie…

Ah, voir des yeux qui brillent!

Parcourir des chemins

Qui mènent à la mer

Où les embruns tourbillonnent…

Partager des festins,

S’enivrer de vin..

Si l’amour n’a pas de lendemain,

Rester sur la route, balayer les doutes..

Cette force en moi demeure

Je veillerai jusqu’à l’aurore

J’habillerai mon corps de fleurs

La chair satinée est un réconfort..

Les émotions m’ont brisée,

Je n’attendrai point le réveil

Le temps se fait court

Je veille.

Francine

 

 

 

 

 

 

 

L’espoir d’un coeur°°°°°

 

 
L'espoir d'un coeur°°°°° dans POESIE 978563automne

 

 

Le coeur en déroute

S’épuise  sous  les doutes.
Le coeur n’est point
Un refuge de chagrin…

Loin de moi
Ce désarroi;
Encore un peu
De doux aveux…

Coeur trop malmené
Compte les années;

Coeur  négligé
De pleurs est torturé…

Quand le ciel dans sa robe rouge
Touchera l’endroit où je me couche,
S’endormiront trop solitaires,
Les rêves qui en moi espèrent

Retrouver la source claire
De l’amour doux et sincère
Qui un instant a réuni
Sans faire de bruit
L’ ombre de deux corps…

Le coeur en souffrance
N’a plus l’espérance;
Les chansons tristes
Sournoisement s’y blottissent…

Et se taisent les mots
Qui dans un sanglot,
Parcourent  les rivages

Pour un  dernier voyage…

Et renaîtra un soir l’ ultime espoir !

De voir les coeurs blessés toucher les étoiles…

Et dans la lumière céleste,

S’envoleront les derniers voiles,

Ceux qui rappellent les jours funestes:

Afin que renaissent les coeurs en détresse…

 

(Francine)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arbre d’automne°°°°°

,L'arbre d'automne°°°°° dans POESIE 679411745548

 

 

 

 

 

 Au coeur d’un paysage

Un arbre s’est faufilé…

Sous un ciel d’orage,

Un arbre s’est déchiré.

Ses cimes majestueuses

Un peu plus nerveuses,

Sous le ciel menaçant,

Ont perdu leur printemps.

Le soleil se couchant,

A laissé tout tremblant

Ce tableau qui s’endort

Sous un ciel orangé…

Au coeur d’un paysage,

Tout devient plus sage.

L’arbre s’est endormi.

Dans l’eau son ombre fuit

Le temps retient son pas.

La vie se pare de rouge.

Déjà plus rien ne bouge.

Au coeur d’un paysage,

L’arbre enfouit son image

Et offre à la terre ses feuilles

Qu’elle accueille…

 

(Francine)

La vie°°°°°

Poème que j’ai écrit quelques mois après la naissance de mon fils……Il y a vingt-cinq ans déjà…..

La vie°°°°° dans POESIE 83602988bb

 

 

J’ai donné le jour à un bébé d’amour.
J’ai donné la vie à toutes mes envies…
Enfouie au fond de mes entrailles,
A éclaté cette vie sans faille.
Qui bouleversa mon coeur.
Fragilité d’un moment géant.
Grandeur d’un instant troublant.
Mon ventre trop plat pleurait
De ne plus te protéger.
Tu étais là à mes côtés,
Mais tout en moi gémissait.
Cette douleur se déchira 
Quand un cri tu poussas.
La vie, ma vie se renouvela;
Et je serrai très fort les draps.
Des mains gantées t’ont soulevé
Et sur mon coeur tu t’es posé
Telle une chaleur inattendue.
Tel un bonheur qu’on n’attend plus.
J’ai donné la vie à tant de bonheur,
A des yeux sublimes qui touchent le coeur.
Sorti de mes entrailles,
A toi mon fils, ma bataille
Je t’aime….

(Francine)

Se voir le plus possible…..Alfred de Musset °°°°°

Se voir le plus possible.....Alfred de Musset °°°°° dans POESIE 839250cd1141f0

 

 

 

Se voir le plus possible et s’aimer seulement.
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu’un désir nous trompe ou qu’un remords nous ronge.
Vivre à deux et donner son coeur à tout moment…

Respecter sa pensée aussi loin qu’on y plonge.
Faire de son amour un jour au lieu d’un songe.
Et dans cette clarté respirer librement
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême.
C’ est vous, la tête en fleurs qu’on croirait sans souci.
C’est vous qui me disiez qu’il faut aimer ainsi.

Et c’est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute et pense et vous réponds ceci :
Oui, l’on vit autrement mais c’est ainsi qu’on aime.

Puisque°°°°°

Puisque°°°°° dans POESIE 200346tlchargement

 

Puisqu’il n’y a une fin

A ce mystérieux chagrin,

J’irai goûter au vin

Qui coule mielleux et,

Toucher les étoiles…

Laissant tomber le voile

Qui cache tout mon être,

J’irai sans peur,

Sans rien laisser paraître,

Ardente et provocante,

M’abreuver à l’ivresse

De tes bras, entourée

De fleurs qui sans cesse auront

Le parfum de l’été….

Quelle est cette quiétude

Qui me rassure dans la naissance

D’un moment inespéré?

Blottie contre ton coeur,  brisée

De désirs inassouvis qui auront toujours

Le goût du péché pourtant pardonné,

Je me souviens de nos « bonjours »

Prononcés à la naissance du jour ….

 

Dans la plaine qui s’étend,

Couchés comme des enfants

Qui espèrent que demain,

Sera leur seul chemin,

Nous écrirons notre roman…

Puisqu’il n’y a pas de fin

A l’ivresse du matin,

J’irai voir chez toi

Quel est cet éclat

Qui brille dans tes yeux chaque fois

Que tu parles de moi….

Si cet instant propice veut bien de moi,

Je me glisserai sans gêne et sans reproche

Sur la couche qui nous rapproche…..

N’osant aucun geste!

N’osant aucun mot!

Juste un regard, juste un soupir!

Et laissant glisser une larme d’amour,

Je cacherai  notre histoire pour toujours

Dans un écrin de velours

Que nous fermerons à double tour……

(Francine)

12345...51

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

avril 2017
L Ma Me J V S D
« mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47