Archives pour la catégorie TEXTES A MEDITER



La hutte en feu°°°°°

La hutte en feu°°°°° dans TEXTES A MEDITER 383761hutte

Le seul survivant d’un naufrage a été emporté par les vagues sur une petite île déserte. Tous les jours, il priait pour que quelqu’un vienne le sauver, et tous les jours il scrutait l’horizon pour entrevoir le moindre signe d’aide, mais personne ne venait jamais.

Il a donc décidé de se bâtir une petite hutte avec des arbres morts et des feuilles de palmier afin de se protéger contre les intempéries, les animaux, ainsi que pour mettre à l’abri les quelques possessions qu’il avait sauvées du naufrage.

Après une semaine de travail assidu, sa hutte était complétée et il en était très fier. Citadin de nature, notre homme n’était pas habitué de travailler de ses mains.

À la tombée du jour, quelques jours plus tard, alors qu’il revenait de chasser pour se procurer de la nourriture, il a trouvé sa petite hutte en feu. Déjà qu’il se sentait terriblement malchanceux de se retrouver seul, égaré sur une île déserte, encore fallait-il que le pire lui arrive. Il avait tout perdu dans cet incendie. Après le choc initial, le chagrin et bientôt la colère l’ont habité. Il s’est mis à genoux sur la plage et a crié : « Mon Dieu, comment peux-tu me faire ça ? » Complètement découragé et fatigué, il s’est mis à pleurer à chaudes larmes, et il s’est endormi ainsi sur la plage.

Très tôt, le lendemain matin, il a été réveillé par le bruit d’un bateau qui approchait de son île. Il était ainsi sauvé.

Arrivé sur le bateau, il a demandé au capitaine : « Comment saviez-vous que je me trouvais ici ? »

Le capitaine de lui répondre : « Nous avons vu votre signal de fumée. »

Même si dans la majorité des cas, les bienfaits ne nous sont pas toujours apparent au premier coup d’œil, tout ce qui nous arrive dans la vie survient toujours pour une raison bien précise. Rien n’est accidentel. Devant un problème, le perdant se dit : « Pourquoi moi ? » Le gagnant se dit : » Si ça m’arrive, c’est que ça devait m’arriver. »

La vie nous confronte tous quotidiennement à une série de grandes opportunités brillamment déguisées en situations qui semblent impossibles. Une bosse sur votre chemin peut être considérée comme un obstacle, mais elle peut être aussi une opportunité… Cela relève de votre attitude et du point de vue avec lequel vous la considérez.

« Il n’y a pas de Hasard dans la vie .»

Patrick Leroux

Dieu et le Mal°°°°°°°

Image de prévisualisation YouTube

Dieu et le Mal°°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 617209einsteinablertstudy1940sized

Un professeur universitaire a défié ses étudiants avec cette question :
«Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe? »
Un étudiant a bravement répondu : « Oui, Il l’a fait ! »
Le professeur a dit : Dieu a tout créé ?
« Oui, monsieur », a répliqué l’étudiant.

Le professeur a répondu :
« Si Dieu a tout créé, Il a donc créé le mal puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais.»

L’étudiant était silencieux devant une telle réponse.
Le professeur était tout à fait fier de lui-même et il se vantait aux étudiants qu’il avait prouvé encore une fois que la foi chrétienne était un mythe.

Alors un autre étudiant a levé sa main et a dit :
« Puis-je vous poser une question, professeur ?»
« Bien sûr » , a répondu le professeur.

L’étudiant a répliqué : « Professeur, le froid existe-t-il ? »

« Quel genre de question est-ce cela ? Bien sur qu’il existe.
Vous n’avez jamais eu froid ? » a répliqué le professeur.

Le jeune homme a répondu : « En fait, monsieur, le froid n’existe pas.
Selon la loi de physique, ce que nous considérons le froid,
est en réalité l’absence de chaleur.
Tout individu ou tout objet est sujet a l’étude quand il possède ou transmet de l’énergie.
La chaleur est produite par un corps ou une matière qui transmet de l’énergie.
Le zéro absolu (-273°C) est l’absence totale de chaleur;
toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température.
Le froid n’existe pas. Nous avons créé ce mot pour décrire la façon dont nous ressentons que nous n’avons aucune chaleur ».

L’étudiant continue: « Professeur, l’obscurité existe-t-elle? »
Le professeur répond : « Bien sûr qu’elle existe ! »
L’étudiant a répondu : « Vous avez encore tort, monsieur.
L’obscurité n’existe pas non plus.
L’obscurité est en réalité l’absence de lumière.
Nous pouvons étudier la lumière, mais pas l’obscurité.
En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour fragmenter la lumière blanche en plusieurs couleurs et étudier les diverses longueurs d’onde de chaque couleur.
Vous ne pouvez pas mesurer l’obscurité.
Un simple rayon de lumière fait irruption dans un monde d’obscurité et l’illumine.
Comment pouvez-vous savoir l’espace qu’occupe l’obscurité?
Vous mesurez la quantité de lumière présente.
N’est-ce pas vrai ? L’obscurité est un terme de lumière ».
Finalement, le jeune homme demande au professeur :
« Monsieur, le mal existe-t-il ? ».

Maintenant incertain, le professeur a répondu :
« Bien sûr comme je l’ai déjà dit.
Nous le voyons chaque jour.
C’est dans les exemples quotidiens de l’inhumanité de l’homme envers l’homme.
C’est dans la multitude des crimes et des violences partout dans le monde.
Ces manifestations ne sont rien d’autre que le mal ! »

L’étudiant a répondu :
« Le Mal n’existe pas Monsieur, ou au moins il n’existe pas de lui-même.
Le mal est simplement l’absence de Dieu.
Il est comme l’obscurité et le froid,
un mot que l’homme a créé pour décrire l’absence de Dieu.
Dieu n’a pas créé le Mal.
Le Mal n’est pas comme la foi, ou l’amour qui existe tout comme la lumière et la chaleur.
Le mal est le résultat de ce qui arrive quand l’homme n’a pas l’amour de Dieu dans son coeur.
Il est comme le froid qui vient quand il n’y a aucune chaleur ou l’obscurité quand il n’y a aucune lumière ».

Le professeur s’est assis.
Le nom du jeune homme : Albert Einstein

Introuvable en magasin°°°°°

Introuvable en magasin°°°°° dans TEXTES A MEDITER 480356090405113641111234

Un jeune couple entra dans le plus beau magasin de la ville. L’homme et la femme regardaient les nombreux jouets colorés, alignés sur les étagères, suspendus au plafond ou présentés en un gai désordre sur les rayonnages. Il y avait des poupées qui pleuraient, d’autres qui riaient. Il y avaient des jouets électriques, des cuisines miniatures où l’on pouvait confectionner des gâteaux ou des pizzas.
Ils n’arrivaient pas à se décider, quand une gracieuse vendeuse s’approcha d’eux.
« Voyez », explique la jeune femme, « nous avons une petite fille, toute jeune encore, mais nous sommes absents toute la journée et souvent le soir. »
« C’est une petite fille qui ne sourit pas beaucoup », ajouta l’homme.
« Nous voudrions quelque chose qui la rende heureuse, reprit la femme, même quand nous ne sommes pas là. Quelque chose qui la rende heureuse aussi quand elle est seule. »

« Je regrette », dit la vendeuse avec un gentil sourire, « mais nous ne vendons pas de parents. »

Auteur inconnu

Il était une fois deux femmes°°°°°

Il était une fois deux femmes°°°°° dans TEXTES A MEDITER 691701enfant

Il était une fois deux femmes qui ne s’étaient jamais rencontrées.
L’une dont tu ne te souviens plus, l’autre que tu appelles maman.
Deux vies différentes dans l’accomplissement d’une seule, la tienne.
L’une fut ta bonne étoile, l’autre est ton soleil.
La première te donna la vie, la seconde t’apprit comment la vivre.
La première créa le besoin d’amour, la seconde était là pour le combler.
L’une te donna tes racines, l’autre t’offrit un nom.
L’une te procura la graine du talent, l’autre te proposa un but.
L’une créa l’émotion, l’autre calma les angoisses.
L’une reçut le premier sourire, l’autre sécha les larmes.
L’une t’offrit en adoption, c’est tout ce qu’elle pouvait offrir…
L’autre pria pour avoir un enfant, et Dieu la mena vers toi.
Et maintenant, quand en pleurant, tu me poses l’éternelle question.
De qui suis-je le fruit, génération ou éducation ?
Ni de l’une ni de l’autre mon enfant,
Tout simplement de deux formes différentes de l’Amour.

Texte d’un auteur philippin inconnu

 

 

« Il y a chez la mère qui adopte un enfant un sentiment sublime qui se rapproche du don pour le don. »
de Jean Gastald

 

 
51545395bb dans TEXTES A MEDITER

Ecoute-moi….Jacques Salomé°°°°°°

Ecoute-moi....Jacques Salomé°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 117030d56a618f

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Accorde-moi seulement quelques instants
Accepte ce que je vis, ce que je sens,
Sans réticence, sans jugement.

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Ne me bombarde pas de conseils et d’idées
Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés
Manquerais-tu de confiance en mes capacités?

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
N’essaie pas de me distraire ou de m’amuser
Je croirais que tu ne comprends pas
L’importance de ce que je vis en moi

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas
Voudrais-tu que ta moralité
Me fasse crouler de culpabilité?

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Ne te crois pas non plus obligé d’approuver
Si j’ai besoin de me raconter
C’est simplement pour être libéré

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
N’interprète pas et n’essaie pas d’analyser
Je me sentirais incompris et manipulé
Et je ne pourrais plus rien te communiquer

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Ne m’interromps pas pour me questionner
N’essaie pas de forcer mon domaine caché
Je sais jusqu’où je peux et veux aller

Écoute-moi, s’il te plaît, j’ai besoin de parler
Respecte les silences qui me font cheminer
Garde-toi bien de les briser
C’est par eux bien souvent que je suis éclairé

Alors maintenant que tu m’as bien écouté
Je t’en prie, tu peux parler
Avec tendresse et disponibilité
À mon tour je t’écouterai

Par Jacques Salomé

Les deux frères °°°°°°°

Les deux frères °°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 677665pont1

Voici l’histoire de deux frères qui s’aimaient beaucoup et vivaient en parfaite harmonie dans leur ferme… jusqu’au jour où… Un conflit éclata entre eux. Les deux frères vivaient du travail de leurs champs. Ils cultivaient ensemble et récoltaient ensemble. Ils avaient tout en commun.

Tout commença par un malheureux malentendu entre eux…. Mais peu à peu, le fossé se creusa jusqu’au jour où il y eut une vive discussion entre eux …. Puis un silence douloureux qui dura plusieurs semaines.

Un jour, quelqu’un frappa à la porte de Louis, le frère aîné. C’était un homme à tout faire qui cherchait du travail…. Quelques réparations à faire …?

- »Oui, lui répondit-il, j’ai du travail pour toi. Tu vois, de l’autre côté du ruisseau vit mon jeune frère. Il y a quelques semaines, il m’a offensé gravement et nos rapports se sont brisés. Je vais lui montrer que je peux aussi me venger. Tu vois ces pierres à côté de ma maison? Je voudrais que tu en construises un mur de deux mètres de haut, car je ne veux plus le voir ».

L’homme répondit: « je crois que je comprends la situation ».

L’homme aida son visiteur à réunir tout le matériel de travail puis il partit en voyage le laissant seul pendant toute une semaine.

Quelques jours plus tard, lorsqu’il revint de la ville, l’homme à tout faire avait déjà terminé son travail. Mais quelle surprise! Louis fut totalement bouleversé.

Au lieu d’un mur de deux mètres de haut, il y avait plutôt un pont.

Précisément à ce moment, le jeune frère sortit de sa maison et courut vers Louis en s’exclamant: - »Tu es vraiment formidable! Construire un pont après ce que je t’ai fait! Je suis fier de toi!

Pendant que les deux frères fêtaient leur réconciliation, l’homme à tout faire ramassa ses outils pour partir.

- »Non, attends! Lui dirent-ils. Il y a ici du travail pour toi ». Mais il répondit: « Je voudrais bien rester, mais j’ai encore d’autres ponts à construire!

Auteur inconnu

 

Les hommes construisent trop de murs mais pas assez de ponts.
Isaac Newton

Le biscuit brûlé°°°°°°°

Le biscuit brûlé°°°°°°° dans TEXTES A MEDITER biscuit-300x251

Quand j’étais enfant, ma mère préparait le souper
de temps à autres avec des choses normalement servies au déjeuner.Je me rappelle un soir en particulier qu’elle avait fait ce menu après une longue et difficile journée au travail.

Ce soir-là, ma mère a placé une assiette d’oeufs, de saucisses
et des biscuits brûlés devant mon père.
J’attendais de voir si mon père allait s’en plaindre.
Alors mon père a pris un biscuit en souriant à ma mère
et m’a demandé comment avait été ma journée à l’école.
Ma mère s’est excusée à mon père pour les biscuits brûlés.
Je n’oublierai jamais ce que mon père lui a répondu:
« Chérie, j’adore les biscuits brûlés. »

Plus tard dans la soirée, quand je suis allée embrasser mon père
pour lui souhaiter bonne nuit, je lui ai demandé s’il aimait vraiment les biscuits brûlés. Il m’a pris dans ses bras et m’a dit: « Ta mère a eu une journée pénible et elle est vraiment fatiguée. Elle a travaillé fort pour nous faire un repas, pourquoi lui reprocher et la blesser.
Par contre… un biscuit brûlé ne blesse jamais personne ! »
Il faut savoir apprécier ce que les gens font pour nous,
même si ce n’est pas parfait, car c’est l’intention de bien faire qui compte et que personne n’est parfait.

Anonyme

Un vieil homme fragile°°°°°°°

Un vieil homme fragile°°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 566545090905121915992296

Un vieil homme fragile alla vivre avec son fils, sa belle-fille et son petit-fils de 4 ans.

Les mains du vieil homme tremblaient, sa vue était embrouillée et sa démarche chancelante.

La famille était ensemble pour le repas. Mais les mains tremblantes de grand-père et sa mauvaise vue, rendaient le repas désagréable. Les pois roulaient par terre… lorsqu’il prenait son verre, le lait se renversait sur la nappe. Ce qui rendit le fils et la belle-fille à bout de nerf : « On doit faire quelque chose avec grand-père » dit le fils.

« Nous en avons assez du lait renversé, des bruits lorsqu’il mange et de ramasser la nourriture sur le plancher ».

Alors, le fils et sa femme aménagèrent une petite table dans un coin. C’est là que grand-père mangera pendant que le reste de la famille sera à la grande table. De plus comme il a cassé quelques assiettes, dorénavant il mangera dans un bol de bois.

Lorsque la famille regardait dans le coin, on pouvait voir une larme sur les joues de grand-père assis tout seul. En dépit de cela, les seuls mots que la famille avait pour grand-père exprimaient la colère lorsqu’il échappait une fourchette ou renversait son bol par terre.

Le jeune de 4 ans regardait tout cela en silence. Un soir avant le souper, le père remarqua son fils qui s’amusait dans son atelier et il nota des copeaux sur le plancher.

Il lui demanda gentiment: « Qu’es-tu en train de fabriquer, fiston ? »

Aussi gentiment, le fils lui répondit: « Je fais un bol en bois pour toi et maman pour manger quand vous serez vieux. »

Les parents furent tellement surpris par ces paroles qu’ils furent incapables de parler et quelques larmes coulèrent sur leurs joues.

Ils ne disaient rien mais ils savaient…

Que faire désormais ?

Alors le fils prit gentiment son père par la main et l’amena à la table familiale pour le reste de ses jours. Il mangea ses repas en famille et le fils et sa femme ne s’énervaient plus lorsque grand-père faisait tomber une fourchette ou renversait son verre de lait sur la nappe.

(Source : inconnu)

Etre jeune…. Général Mac Arthur °°°°°°

Etre jeune.... Général Mac Arthur °°°°°° dans TEXTES A MEDITER 534305tendresse1

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années :
on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. Il demande
comme l’enfant insatiable : Et après ? Il défie les évènements
et trouve de la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages
de la nature, de l’homme et de l’infini.

Si un jour, votre coeur allait être mordu par le pessimisme
et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

D’après   Général Mac Arthur   1945

 

 

Il fait beau aujourd’hui°°°°°°

Il fait beau aujourd'hui°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 306128couleur

Bien sûr que la vie est remplie de misères,
Je n’ai jamais dit le contraire.
Je sais que j’en ai eu ma part à éteindre
Et que j’ai mille raisons de me plaindre.
Contre moi vents et orages se sont unis;
Et combien de fois le ciel a été gris !
Les épines et les ronces m’ont piqué,
À gauche, à droite, et ailleurs aussi.
Mais, pour dire toute la vérité,
Fait-il assez beau aujourd’hui !

À quoi sert de toujours brailler
Et de rabâcher les soucis d’hier ?
À quoi sert de ressasser le passé
Et, au printemps, de parler de l’hiver ?
Un chacun doit avoir ses tribulations
Et mettre de l’eau dans son vin.
La vie n’est certes constante célébration.
Des soucis ? Bien sûr, j’ai eu les miens.
Mais il faut bien le voir aussi :
Il fait diablement beau aujourd’hui !

C’est aujourd’hui que je vis,
Et non pas il y a un mois.
T’en as, t’en as pas, tu donnes et tu prends
Selon qu’en décide le moment.
Hier, un nuage de chagrin
A bien assombri mon chemin.
Demain, il pleuvra peut-être
À casser les carreaux de fenêtres,
Mais faut le dire, puisque c’est ainsi :
Fait-il assez beau aujourd’hui !

Auteur : Douglas Malloch

1...34567...41

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

mars 2021
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47