Archives pour la catégorie TEXTES A MEDITER



Une vision de la vie….. Marcel Breault

Une vision de la vie..... Marcel Breault dans POESIE 324935temps

 

 

 

La vie, nuageuse ou souvent ensoleillée,
On ne sait jamais ce qui va nous arriver.
Notre corps change, on va se transformer,
Puis on aura souvent le gout de performance…

Mais, à part tout ce qu’on nous a dit
On ne connaît rien de notre future vie…
A vingt ans, on a surtout le gout d’explorer,
On a le temps de se tromper, de recommencer…

On aime la vie, on est rempli d’énergie.
On vit au présent chacun de nos aujourd’hui…
A quarante ans, on a souvent des doutes.
On fait des changements à notre feuille de route…

C’est aussi l’âge, des remises en question
L’âge, ou il faudra vivre avec nos décisions…
A cinquante ans, souvent on réalise des choses
Quand pour une femme c’est la ménopause…

Les enfants sont partis, sont souvent discrets;
On en profite pour réaliser nos projets…
On se découvre de nouvelles passions,
On pense à tout ce que nous ferons…

Certains vont peindre, d’autres écriront.
Ou l’on partira vers d’autres horizons.
Oui la vieillesse quoi qu’on en dise,
Elle nous réserve de belles surprises…

Marcel Breault

Ce matin là, je me suis parlé….Claire De La Chevrotière°°°°°

Ce matin là, je me suis parlé....Claire De La Chevrotière°°°°° dans TEXTES A MEDITER 120199femme

 

 

Moi aussi tu sais,
il m’est arrivé un beau matin
de devoir repenser ma vie.
J’en avais gaspillé plus de la moitié dans l’oubli
à ne penser qu’aux autres..

454966etoiles dans TEXTES A MEDITER

Tout comme toi peut-être,
je me souviens très bien du matin
où je suis entrée en conversation
avec moi-même.

454966etoiles

Ce ne fut pas facile au début
de revoir ces images de ma vie en lambeaux.
Mais je voulais les regarder.
J’avais laissé tellement de gens jouer avec mon coeur.
Tellement de gens détruire mon âme et me blesser.

454966etoiles

J’avais du regret pour le mal
que je me suis laissé faire par eux et, ce matin là,
c’était comme dans un rêve.
Plus j’essayais de me parler, plus je me sentais étrangère à ma propre vie.

454966etoiles

Là, j’ai beaucoup pleuré; et j’ai osé pour la première fois, me regarder et m’écouter.
J’ai vu alors la femme que j’étais vraiment et je me suis pardonnée.
Pardonnée de m’être oubliée.
454966etoiles

Toute ma vie, je me suis sentie fragile et démunie.
C’est pour cela d’ailleurs que j’écris.

Je suis une rêveuse, une solitaire, une petite femme éphémère avec un coeur grand comme l’océan
qui a aimé jusqu’au bout de son sang.

454966etoiles
Il y a toujours des larmes dans mes yeux…
Çà, c’est pour toutes les fois où je n’ai pas voulu baisser les armes.
J’aurais pourtant dû comprendre bien avant,
qu’entre deux pays, il y a un océan.

454966etoiles
J’ai passé plus de la moitié de ma vie dans le rêve; maintenant, je n’ai plus besoin d’anesthésie
Je veux vraiment parler à la femme que je suis.

454966etoiles
Ce matin-là, j’ai effacé de ma vie tous les souvenirs amers, les mauvais rêves
et tout ce qui m’avait fait souffrir.
Je n’ai gardé que le merveilleux et c’est là, que les larmes sont revenues dans mes yeux.
454966etoiles

Là, j’ai souri et j’ai compris que je ne serais plus jamais seule pour pleurer.
Je venais à peine de me rencontrer.

©Claire De La Chevrotière

454966etoiles

Être vraiment heureux ….Claude Marcel Breault°°°°°

 Être vraiment heureux ....Claude Marcel Breault°°°°° dans POESIE 886825f6abec6c

 

 

 

Dans leur vie hélas, trop de gens s’ennuient
Et n’espèrent plus grand-chose de leur vie-.
De ce temps qu’ils pourraient passer à aimer,
Ils le passent malheureusement à s’ennuyer.

 

Je me demande à quoi ils rêvaient étant enfants.
Faisaient-ils de beaux rêves étant adolescents?
N’ont-ils jamais développé une passion?
N’avaient-ils pas un seul moyen d’évasion?

 

La vie, ce n’est pas seulement travailler-.
Y’a des moments ou il faut s’amuser.
Aussi explorer nos possibilités humaines,
Agir, faire souvent des choses qu’on aime.

 

Car, une personne heureuse après tout
A-t-elle vraiment beaucoup plus que nous?
Elle n’a pas nécessairement plus d’argent,
Ne dispose pas de beaucoup plus de temps.

On pourrait obtenir ce qui nous plait tant,
Mais, serions-nous plus heureux pour autant?
Mieux vaut faire la paix avec nous-même,
Nous répéter souvent, que oui on s’aime.

 

Être heureux, c’est une définition de l’esprit.
On pourrait tous être heureux dans notre vie
Si on s’attardait moins sur nos faiblesses
Si on admirait plutôt nos belles richesses.

 

Beaucoup de gens un jour, sont devenus heureux,
Parce qu’ils ont cessé ce jour-là de penser à eux.

 

Claude Marcel Breault

Le bonheur ….Auteur inconnu°°°°°

Le bonheur ....Auteur inconnu°°°°° dans TEXTES A MEDITER 35258718b14630

Il vient du ciel.
Il fait tourner la tête.
Il ne s’explique pas.
Nul au monde
Ne peut l’acheter
Car il n’a pas de prix.
Pour un roi, pour un prince
Ou pour un simple vagabond,
Il est toujours le même
Car il n’a pas de mesure…
Il est l’immensité.
178941coeur dans TEXTES A MEDITER

Le Bonheur !
C’est la joie de l’enfant qui reçoit un jouet.
Le doux regard de celle ou celui que tu aimes.
Une musique qui te saisit et te fait frissonner.
178941coeur

Ferme les yeux… ton coeur palpite… c’est le bonheur !
Un mot gentil, une attention délicate, un sourire,
Ça te remue le coeur… c’est le bonheur.
178941coeur

Ne le cherche pas dans des rêves impossibles
Ne le cherche pas dans des projets fabuleux..
La vie est si belle ! La nature est si riche !
Le bonheur est là, dans la simplicité.
Chacun sur cette terre a le droit de le posséder.
Chacun sur cette terre peut le fabriquer.
178941coeur
Viens ! Viens ! Sans dire un mot ! Ouvre les yeux !
Avec un peu de coeur, avec un peu d’amour,
Le bonheur est là … à ta portée.

- Auteur inconnu -

178941coeur

L’amour, une route…Michel Quoist°°°°°

L’amour, une route...Michel Quoist°°°°° dans TEXTES A MEDITER 293601amour

L’amour n’est pas tout fait. Il se fait. Il n’est pas robe ou costume prêt à porter, mais pièce d’étoffe à tailler, à monter et à coudre. Il n’est pas appartement livré clef en main, mais maison à concevoir, bâtir, entretenir, et souvent réparer. Il n’est pas sommet vaincu dans le froid de la nuit ou la chaleur du soleil éclatant. Il n’est pas un solide ancrage au port du bonheur, mais levée d’ancre et voyage en pleine mer, dans la brise ou la tempête. Il n’est pas un « oui » triomphant, énorme point final qu’on écrit en musique, au milieu des sourires et des bravos, mais il est multitude de « oui » qui pointillent la vie parmi une multitude de « non » qu’on efface en marchant. Ainsi, être fidèle, vois-tu, ce n’est pas : ne pas s’égarer, ne pas se battre, ne pas marcher. C’est toujours se relever et toujours marcher. C’est vouloir poursuivre jusqu’au bout le projet ensemble préparé et librement décidé. C’est faire confiance à l’autre au-delà des ombres de la nuit. C’est se soutenir mutuellement au-delà des chutes et des blessures. C’est avoir foi en l’amour tout-puissant, au delà de l’amour.

Michel Quoist

L’homme vertueux°°°°°°

L'homme vertueux°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 934473innocence1

 

 

Une ancienne légende raconte qu’un homme vertueux fut injustement accusé d’avoir assassiné une femme noble.

En réalité, le véritable auteur du méfait était une personne influente du
royaume. C’est la raison pour laquelle on trouva un pauvre bouc émissaire…

L’homme vertueux fut jugé.
Il savait déjà qu’il n’échapperait pas à la peine capitale.

Le juge, jouant son rôle jusqu’au bout, voulut donner au procès l’aspect
de la justice. Il dit alors à l’accusé :
- Nous connaissons tous ta réputation d’homme vertueux. Regarde ces deux bouts de papiers : sur l’un est écrit le mot coupable, sur l’autre le mot innocent. Tu dois choisir l’un des deux.

Ainsi c’est la main de Dieu qui guidera la tienne et le jugement sera
juste.

Bien entendu, le juge qui avait reçu des ordres de la Cour, avait inscrit le mot coupable sur les deux bouts de papier. L’accusé se rendait compte qu’on lui tendait un piège.

Il hésitait à tirer un papier…
Le juge le menaça.

L’accusé ferma les yeux, prit une profonde inspiration et resta silencieux quelques secondes. La salle commençait à s’impatienter.
Il ouvrit alors les yeux et avec un sourire étrange, piocha l’un des
papiers… pour aussitôt l’avaler !

Les magistrats étaient surpris et indignés :
- Misérable ! Qu’as-tu fait ? Comment allons-nous prendre connaissance du verdict maintenant ?
- C’est très simple répondit l’homme.
Si nous lisons le papier qui reste, nous saurons ce que disait celui que
j’ai avalé.
Avec force grognements et une rage mal dissimulée, les magistrats durent libérer leur accusé… qui ne fut plus jamais inquiété.

La dernière corde …André Sève°°°°

 

 

La dernière corde ...André Sève°°°° dans TEXTES A MEDITER 160215DERNIERECORDE

 

Un soir de grand concert,
le célèbre violoniste Paganini
jouait avec tant de fougue qu’une corde se rompit;
la plus fine, la plus chanterelle.
Imperturbable, il continua de jouer.
Une deuxième corde sauta, puis une troisième….
C’était la fin du morceau.
Frénétiquement applaudi,
Paganini termina la fin en beauté
avec l’unique corde restante, la grosse corde Sol.

Au bout de la vie, une à une les cordes sautent :
jambes faibles, lever difficile,
mémoire capricieuse,  fatigue du soir.
Combien de temps pourrons-nous encore
jouer le concert de notre vie ?
Sans être un Paganini, étincelant jusqu’au bout,
on peut faire entendre de belles choses avec les
cordes qui nous restent.
Il faut les fréquenter en amitié,
plutôt que de trop penser aux cordes disparues.

Chère vieille corde de Sol, la dernière, la plus grave….
Corde de la patience courageuse,
de la bonté, de la sagesse, des appels de Dieu.
Que de notes peuvent jaillir de la dernière corde !
C’est cela qu’on attend autour de nous :
une petite musique de paix et d’humour,
prédication silencieuse si parlante sur l’Espérance….

Quand Dante, dans son oeuvre,
arriva à la description du paradis, il s’exclama :
 »Il me semble que tout riait… »

La dernière corde est faite pour ce rire.

 

André Sève

 

 

Les voies secrètes de la tendresse °°°°°

 

Les voies secrètes de la tendresse °°°°° dans TEXTES A MEDITER 771807adolescenteetsamaman4246201afboa

 

C’est parce que je t’aimais que je te harcelais pour savoir où tu allais, avec qui, et à quelle heure tu rentrerais.

C’est par amour que je t’ai poussé à acheter une bicyclette avec ton propre argent.
Que, sans mot dire, je t’ai laissé découvrir par toi-même que tel ami choisi entre mille, ne valait pas grand-chose.
Que je t’ai obligé à rendre à l’épicier une tablette de chocolat entamée et à te faire avouer que tu l’avais volée.
Que j’ai passé deux heures à te faire ranger ta chambre alors que cette tâche ne m’aurait pris à moi plus d’un quart d’heure.

C’est par amour que je t’ai laissé voir ma colère, ma déception, mon chagrin et mes larmes.
Que je t’ai souvent refusé. ce que disais-tu, toutes les autres mères permettaient.

C’est parce que je t’aimais que je devinais ton mensonge quand tu me racontais qu’à telle soirée, il y aurait des grandes personnes et aussi que je te pardonnais quand mes soupçons se confirmaient.

C’est parce que je t’aimais que je te faisais descendre de mes genoux, que je lâchais ta main, que je restais insensible à tes prières et sourde à tes exigences, je voulais absolument que tu apprennes à te tirer d’affaire sans moi.

C’est par amour que je t’ai accepté tel que tu es sans songer à ce que j’aurais souhaité que tu sois.
C’est par amour, surtout, que j’ai eu le courage de te dire non, sachant très bien que tu m’en voudrais. Et cela a été plus dur que tout le reste.

 

Auteur inconnu
.

Ce qu’il restera…Gabriel Ringlet°°°°°°

Ce qu'il restera...Gabriel Ringlet°°°°°° dans TEXTES A MEDITER 55322281c2b3da

Oui, nos mains vont disparaître…
Mais nos poignées de mains,
Mais nos signes de bonjour,
Mais nos gestes d’adieu,
Mais l’invisible chemin de nos caresses…
Nous n’allons pas les brûler.

Oui, nos pieds vont disparaître…
Mais la foulée de nos promenades,
Mais l’élan de nos courses,
Mais le saut de nos jeux,
Mais le pas de nos danses et de nos rendez-vous…
Nous n’allons pas les noyer.

Oui, nos visages vont disparaître,
Et nos oreilles, et nos lèvres et nos yeux…
Mais nos sourires, mais nos écoutes,
Mais nos regards, mais nos baisers…
Nous n’allons pas les enterrer.

Gabriel Ringlet

857215papillon dans TEXTES A MEDITER

Le dessin…Friedrich Nietzsche°°°°°

Le dessin...Friedrich Nietzsche°°°°° dans TEXTES A MEDITER 851816papa

J’étais face à la feuille encore vierge, prêt à tout envoyer promener, mais Jessica, ma fille, attendait son dessin. Je lui avais promis le plus bel oiseau au fusain qu’elle ait jamais vu.

Seul petit problème : je suis un piètre dessinateur. Du haut de ses 8 ans, Jessica, elle, ne craint rien surtout pas l’irritation de son papa qui a horreur qu’on le lui fasse remarquer quand il manque d’imagination…

– Papa, pourquoi tu dis rien ?

– Je me concentre, j’essaie de me représenter ton oiseau, mais ça ne vient pas.

– Pourquoi ?

– Parce que je n’ai pas beaucoup d’imagination.

– Pourquoi ?

– Parce que je n’en ai jamais eu, je ne suis pas très fort en dessin.

– Pourquoi ?

– Ben… heu… C’est de famille. Mon père était nul en dessin lui aussi.

– Pourquoi ?

– Ben… certainement que mon grand-père n’était pas très doué lui non plus.

– Ah… Et pourquoi ?

– Heu… je ne sais pas Jessica.

Après chaque réponse, ma fille me demandait « Pourquoi? » et ainsi de suite. Jusqu’à ce que je ne puisse plus répondre et que je me retrouve face à mes faux prétextes: la peur de rater, l’assurance de ne pas savoir dessiner, et que je ne saurai jamais.

Les questions de ma fille m’ont poussé dans mes retranchements et j’ai compris : si je n’essaye pas, je n’y arriverai pas. Après tout, aucune fatalité ne pèse sur mes épaules et même si mon ancêtre ne s’appelle pas Léonard de Vinci, je dois être capable de dessiner un oiseau.

J’ai pris mon temps, mais j’ai réussi : ma fille a eu son oiseau. Un magnifique corbeau qu’elle a accroché au-dessus de son lit et qui fait frissonner sa mère quand elle rentre dans la chambre…

Je n’avais jamais remarqué avec quelle insistance les enfants cherchent à connaître la vérité sur un sujet. Ce sont de vrais philosophes en herbe, des détectives implacables dont les questions poussent à bout bien des adultes forcés parfois d’avouer leur ignorance…

Ainsi, ma petite fille m’a forcé à comprendre que certaines de nos croyances d’adultes étaient de faux prétexte pour ne pas progresser.

« La croyance que rien ne change provient soit d’une mauvaise vue, soit d’une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat. »

Friedrich Nietzsche

12345...41

Messagerie

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Archives

Bonjour

mars 2021
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Le petit prince

Le petit prince

Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire...

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur

chamade1000

Et si on chantait ?

Protégeons les enfants

enfants

Nous pouvons nous mentir, mais jamais nous ne réussirons à mentir à un enfant.

André Pronovost

La beauté de la création

Ne nous lassons jamais de contempler la beauté de la nature..


BEST VIDEOS !! |
Tout et rien |
ToutsurTOUT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Pad
| La bande de axou
| estelle47